Actualités

Le Tarn-et-Garonne s'engage aux côtés de l'État en faveur de l'enfance

Retour à la liste

Adrien Taquet, Secrétaire d'État auprès de la Ministre des Solidarités et de la Santé, chargé de la protection de l'enfance, a dévoilé lundi 3 février la liste des 30 départements retenus pour contractualiser avec l'État dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de protection de l'enfance.

62  départements avaient déposé leur candidature pour faire partie de ce plan d'envergure mais au final seulement 30 d'entre eux, dont le Tarn-et-Garonne, ont été retenus en fonction de plusieurs critères de sélection: l'analyse précise des besoins des enfants et des familles; l'ambition claire d'amorcer ou d'accélérer le virage de la prévention en protection de l'enfance; une démarche volontaire pour améliorer les conditions de prise en charge des enfants, assortie d'objectifs précis; la volonté d'investir et d'innover; la recherche d'un équilibre entre les territoires urbains et ruraux, incluant les outremers ainsi que les départements présentant des particularités géographiques tels que l'insularité.

Autant de critères auxquels répond parfaitement le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne, actuellement en phase d'exécution du schéma départemental enfance-famille; ce document intègre un important volet relatif à la prévention, notamment en matière de protection maternelle infantile. C'est au travers de plusieurs axes stratégiques présents dans ce schéma que le Conseil départemental a fait des propositions complémentaires :

  • «agir le plus précocement possible»: déjà engagé en matière de prévention précoce, le Conseil départemental souhaite poursuivre cette dynamique par la mise en place d'une équipe mobile mixte post-natale (PMI/équipes généralistes de travail psycho-sociales) pour un repérage précoce plus efficace. Celle-ci permettrait en particulier l'intervention précoce pour la prématurité ainsi que le repérage le plus en amont possible de signes de handicap.
  • «sécuriser les parcours et prévenir les ruptures» : le Conseil départemental souhaite créer une équipe mobile pluriprofessionnelle pédopsychiatrique/social qui permettrait l'évaluation clinique médicale, psychologique et sociale de la situation du jeune ainsi que l'intervention préventive sur son lieu de vie. Il a également prévu un dispositif spécifique d'accueil/hébergement pour les cas les plus complexes. Il s'agirait de créer un dispositif type «lieu de vie» où, grâce à la présence de professionnels dédiés et spécialisés, pourraient être accueillis des jeunes n'ayant jamais pu trouver leur place dans les lieux classiques d'accueil et d'hébergement de la protection de l'enfance.
  • «préparer l'avenir et sécuriser la vie d'adultes»: extrêmement engagé dans l'accompagnement à la majorité des jeunes sortant de l'aide sociale à l'enfance (ASE), le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne propose d'organiser deux journées annuelles de préparation à l'autonomie et la majorité, avec l'ambition de soutenir un véritable accompagnement de projets pour les jeunes majeurs.

Toutes ces propositions ont reçu l'aval du Secrétaire d'État puisqu'elles répondent aux quatre engagements de la stratégie nationale de prévention et de protection de l'enfance: accélérer le virage de la prévention en protection de l'enfance; sécuriser les parcours des enfants protégés et prévenir les ruptures; donner aux enfants protégés les moyens d'agir et garantir leurs droits; préparer l'avenir et sécuriser la vie d'adulte des enfants protégés.

L'État s'engage à hauteur de 80 millions d'euros pour déployer la stratégie dans les 30 départements retenus qui co-financeront les projets déployés sur leur territoire dans le cadre de la contractualisation et bénéficieront du renfort financier lié à celle-ci. Les résultats attendus pour répondre aux objectifs fixés seront évalués en fin d'année et ils seront pris en compte pour ajuster les moyens alloués à chaque projet départemental dans la prochaine vague de contractualisation.