Actualités

Contournement du barrage de Malause : investir pour l’écologie sans oublier le développement du territoire

Retour à la liste

L’État et EDF ont pour projet de réaliser une rivière de contournement du barrage hydroélectrique de Malause afin de permettre son franchissement par les poissons qui remontent la Garonne. Le Département n’ayant jamais été consulté sur cette opération, Christian Astruc, n’en a eu connaissance que le 6 décembre 2019 alors que les appels d’offres allaient être lancés. Le Président du Conseil départemental a néanmoins su imposer un regard plus moderne et tente désormais d’infléchir le projet initial afin d’y intégrer une composante sportive.

Un projet à près de 8M€ que le Conseil départemental souhaiterait plus utile à la population

Le 6 décembre 2019, Christian Astruc écrivait au Préfet de Région lui indiquant son grand étonnement de ne pas avoir été consulté sur un projet d’une telle ampleur et de surcroît sur son Canton. Il soulignait que, malgré l’intérêt que peut présenter un tel ouvrage sur le plan écologique, le coût prévisionnel de près de 8M pouvait sembler disproportionné.

Rappelant que, à la fin des années 1980, il avait été envisagé de construire sur le même site une rivière artificielle pour canoës-kayaks, le Président en concluait qu’il serait opportun que l’ouvrage de contournement à réaliser à Malause puisse servir, outre au franchissement du barrage par les poissons, à la pratique sportive des sports de pagaie.

Un tel équipement prendrait tout son sens dans la perspective de l’organisation à Paris des JO 2024, d’autant que la base de plein air et de loisirs de Saint-Nicolas-de-la-Grave, située à proximité immédiate, apparaît comme un cadre propice à l’accueil des sportifs.

Une étude cofinancée par le Conseil départemental et la préfecture

Ces arguments ont été entendus par le Ministère de la transition écologique et solidaire qui,interpellé lors d’une réunion à Paris en février, a diligenté l’ouverture d’une nouvelle phase de réflexion sur le projet en concertation avec le Conseil départemental et la Fédération française de canoë-kayak.

Aux termes des premières réunions associant le Département, les différents services de l’État impliqués, EDF et la Fédération, il a été décidé de confier à cette dernière la réalisation d’une étude de nature à déterminer les aménagements à apporter pour que l’infrastructure puisse être utile à la fois aux poissons et aux kayakistes.

Il a été acté que cette étude serait co-financée par la Préfecture et par le Département.

Ce projet moderne et ambitieux, déjà financé par l’État, démontre encore une fois que le Département œuvre pour le rayonnement de son territoire tant économique que touristique en soutenant des partenariats durables, écologiques et sportifs.